Je vous ai peu décrit cette Highway #1, la route de la côte californienne, dans mon précédent article sur la Californie.

C’est que les mots parfois manquent. Les paysages sont magnifiques : des à-pics tombant dans l’eau bleue du Pacifique, avec des roches qui affleurent et l’écume qui les entoure ; les vagues qui roulent jusqu’à des plages de sable interminables ; des parterres de fleurs grasses et rouges qui longent l’aplomb des falaises ; des massifs de pins verts foncés aux troncs sombres qui gardent la côte ; parfois la route s’enfonce dans le continent et c’est la forêt de séquoias qui vous enveloppe et vous cache le soleil. Ces arbres sont dressés comme des antennes, atteignant jusqu’à cent mètres de hauteur.

C’est bien plutôt l’enchaînement de ces paysages, à la vitesse de la voiture, qui me paraît difficile de mettre en mots. Ça va vite, ça tourne, c’est beau à regarder, sans dire un mot !

 

Avec juste un peu de musique : Hablales, de Huitzi, sur l’album Huellas.