Laughter is a medecine for the heart

Laughter is a medecine for the heart

La Jamaïque est un rêve de mes 16 ans : passer le premier de l’an à Kingston, avec ma copine La Puce. J’avais surtout en tête l’envie de chaleur, que la chaleur sympa ça sonnait reggae, c’était Bob Marley, qui était déjà une légende. Je suis arrivée sans attente ni connaissance, juste avec un a priori bien positif, un endroit à ne pas rater. Je n’écouterai plus Bob de la même façon.

Il faut venir en Jamaïque ! Arrivez par Kingston. Si vous cherchez la musique, les soirées, les rastas, passez par l’auberge Reggae Hostel. C’est en train de devenir un carrefour où tout le monde s’échange les infos, beaucoup de rencontres à faire et, pour les soirées, c’est proche de pas mal de lieux qui valent le détour. Les Jamaïquains font la fête sans raison, c’est-à-dire tout le temps : il y a des soirées pour chaque jour de la semaine. Mais je vous raconte ça après.

Kingston, downtown, Jamaïque

Kingston downtown, Jamaïque

Kingston, downtown

Fresques rastas sur un mur à l'entrée de Trenchtown, Jamaïque

Fresques rastas sur un mur à l’entrée de Trenchtown

Kingston est une Capitale à l’anglo-saxonne, pleine de voitures sur des voies rapides. Downtown, le centre historique est commerçant, animé, il est possible de se promener. Enfin, c’est entouré de ghettos où vous n’êtes pas censé aller. Ailleurs, ce n’est pas une ville où il est agréable de marcher. D’abord il fait très chaud et puis les avenues sont encadrées de murs d’au moins 2 mètres de haut, parfois avec des barbelés au-dessus, qui abritent des propriétés avec des jardins luxuriants. Circuler en taxi dans Kingston, c’est parfois comme être dans un métro : on ne voit que des murs et des panneaux publicitaires ; et d’autres voitures.

La Jamaïque c’est comme une forêt enchantée : un lieu plein d’énergie, foisonnant, rempli de belles surprises, de good vibes, avec plein de dangers autour et des bonnes fées, ou de bonnes étoiles, qui apparaissent comme ça. Plein d’énergies partout. Là, dans le clip ci-dessous, c’est le jardin (et le bar, et le hamac, et la bande) d’où je vous écris.

 

Les Jamaïquains sont tous des stars. Ils sont réputés pour leur façon d’aimer la vie. Et bien, ce n’est pas surfait. En tout cas, il y a quelque chose d’envoûtant dans l’air. Et ça n’a rien à voir avec ce que vous pensez. D’ailleurs le scoop du moment c’est que depuis le 15 juillet, il est interdit de fumer (des cigarettes) dans les lieux publics. Ce n’est même pas une loi qui a été votée, mais une décision de l’exécutif menée par le Ministre de la Santé. Avec des amendes délirantes : 500US$, 3mois de prison à la deuxième interpellation – pour une cigarette dans la rue. Il n’y a aucune place prévue pour les fumeurs nulle part. Les bars, même tous ouverts, terrasses, jardins publics, tout est non fumeur sans espaces fumeurs.. J’ai même vu passé un article où on se plaignait de la fumée (de cigarette) qui s’échappait des fenêtres ouvertes des voitures !! Sans rire ! La loi a été mise en place juste avant le SumFest de Montego Bay, un des plus vieux festivals de Reggae, 70’s, sur la scène duquel les plus grands sont passés, à leur début ou presque, une scène mythique. SumFest, Montego Bay, en Jamaïque : Interdit de fumer. Pas de cigarettes, même pas. Il y a eu 3 arrestations très médiatisées dès le premier soir. J’ai vu des fumeurs et fumeuses, qui n’en sont pas à leur premier festival, se cacher comme des adolescents au lycée, pour fumer dans un concert en plein air. On m’a confisqué mon briquet à l’entrée ! C’est presqu’officiel, on n’allume plus son briquet en l’air sur les chansons romantiques, mais son portable allumé..

Rue de Port Antonio, Jamaïque

Plage de Long Bay, Jamaïque

Port Antonio et Long Bay, à l’Est de l’île

oiseau devant des feuillages

oiseau devant des feuillages (si, si)

Quelque chose d’envoûtant dans l’air, quand même. Une anecdote circule sur le fait que la Jamaïque est le pays où il y a le plus d’églises et de bars au mètre carré. En France aussi, on sait bien, là où il y a une église, il y a un bar en face. En Jamaïque, il y a des églises à tous les coins de rues. Vraiment. Par exemple, dans un village de 800 habitants, on peut trouver 8 églises. C’est un marché ouvert et déréglementé, je crois même qu’il est assez florissant. Ça fait partie des caractéristiques de Babylon, le monde marchand, brutal et sans moral, des chansons reggae. La musique ici, ça vous prend et vous en redemandez encore. Mais même s’il y a de la musique partout en Jamaïque, la Jamaïque, ce n’est pas que la musique.

Ricks café, Negril, Jamaïque

Au niveau des paysages, il y en a pour tous les goûts. Des côtes à l’Est, du côté de Port Antonio, Long Bay ou Boston Bay, le tourisme est discret, les résidences déroutantes – Errol Flinn, l’acteur, a débarqué dans les années 1920 et a acheté une bonne partie de la presqu’île. Sa veuve détient toujours ces terres et n’en fait rien – ni culture, ni logements. On en parle. Il y aurait aussi la villa de Tom Cruise, Keith Richards à Ocho Rios et tellement d’autres. Côte Ouest il y a Negril, plage de 7 miles et cliffs où sont perchées des maisons sur les rochers. C’est le seul endroit où j’ai entendu des groupes de musiciens chanter du Bob Marley en faisant du Bob Marley. Très touristique, toute une partie est une suite d’hôtels all inclusive. Mais ça a gardé du charme.

Campagne jamaïcaine dans les hauteurs de Negril, à l'ouest

plan d'eau dans la campagne jamaïcaine à l'ouest près de Negril

Les hauteurs de Negril, à l’Ouest

Et la magie de la Jamaïque, c’est qu’alors que je vous ecrivais, le jardin de Gamble est devenu la scene d’un mauvais film : une dizaine d’hommes armes de pistolets et de couteaux sont entres pour nous voler et nous faire des misères. J’ai appris qu’il ne faut surtout pas accepter d’etre une victime, j’ai du d’ailleurs me défendre, j’étais en mode « survival »! Et nous avons tous survécu : Gamble, le chanteur du clip, sa femme Shanema, leur bébé Alfonse, et tous les pensionnaires de notre petite maison : Mylana et Tristan, un couple de français en formation de danse, et Shawn, un Canadien de HongKong. Seulement, je n’ai plus d’ordi pour vous ecrire, plus d’appareil photo, plus de photos non plus d’ailleurs… et vous etes a present forces de lire un francais sans cedille et sans accent. Brrr.

Je vous reparle de Kingston/Babylon bientot…

Mon ami Shawn a fait ça avec ses copains de Hong Kong, c’est bien non ?