C’est la fin du voyage qui donne le sens du voyage

René Caillié

Il paraît que partir c’est mourir un peu. C’est en tout cas laisser loin des yeux des amis, des êtres chers, tous ceux qui s’amusent à suivre mes pérégrinations et mes errements. Alors ce blog, c’est un peu pour faire mentir les proverbes et rester connectée.

Une autre façon de se retrouver pour boire un verre et se donner des nouvelles.

Partir a été pour moi le seul moyen de rester vivante. Si les raisons qui poussent au départ ne sont pas toujours claires, la décision de partir, une fois prise, coule de source. Je crois que Paul-Emile Victor a écrit quelque chose comme ça. Pareil pour moi. Je n’ai pourtant jamais été une grande passionnée des voyageurs. Mais il me semble que ce voyage est inscrit en moi depuis longtemps. Qu’il attendait son heure pour émerger, devenir une évidence. J’aime l’idée que rien n’arrive au hasard.

Je pars donc pour l’inconnu, en toute liberté, avec pour seule contrainte d’éviter les aéroports. Après, on verra bien ce que dira le hasard. Je vous raconterai.